L'ostéopathe qui fait craquer les articulations... ou pas !

ostéopathie bruit craquement

Julien Maurin, ostéopathe au Chesnay, explique l'utilisation ou la non-utilisation de techniques pouvant produire un bruit de craquement articulaire en ostéopathie.


« Allo M. Maurin ? vous êtes ostéopathe au Chesnay ? est-ce que vous faites craquer les articulations ? » … C’est sans aucun doute la question technique que l’on me pose le plus souvent. Certains patients recherchent des séances sans bruit de craquement articulaire, d’autres sont en attente de techniques plus manipulatoires… celles qui font « crac » ! Quelques explications sont nécessaires.


Le choix de la technique, une affaire personnelle

L’ostéopathie est une thérapie manuelle qui requiert un très large panel de techniques. Certaines font « crac », d’autres ne font pas « crac ». Un ostéopathe complet, qui possède un grand nombre de techniques dans sa boîte à outils, connait et maitrise autant celles qui provoquent un bruit de craquement articulaire (que l’on appellera manipulatoires) que celles qui n’en provoquent pas (que l’on appellera tissulaires pour plus de simplicité). Il peut décider d'utiliser les unes, les autres, ou les deux. Son choix se fera selon de nombreux critères, mais jamais en fonction du bruit articulaire que telle ou telle technique pourrait engendrer.

Par affinité pour les unes ou les autres de ces différentes techniques, certains thérapeutes ont développé un modèle de séance pouvant être perçu par le grand public comme une ostéopathie plus ou moins douce. « Untel m’a décoincé sans me faire craquer, c’était génial ! », « Celui-ci m’a bien débloqué l’autre jour, il m’a bien fait craquer la colonne, c’était super ! ». Tous les goûts sont dans la nature ! Aux yeux de certaines personnes les techniques manipulatoires peuvent sembler moins douces que les autres. D’autres patients ne veulent pas entendre ou sentir le craquement articulaire. Dans l’une ou l’autre des manières de pratiquer l’ostéopathie, il faut déjà savoir que toutes les techniques employées se doivent d’être douces et non forcées, c’est la règle. En outre, lors d’une séance qui utilise à la fois les techniques manipulatoires et les techniques tissulaires, le tout se fait en fondu enchaîné dans la cohérence d’une seule et même séance d’ostéopathie. Enfin, il peut quelques fois arriver d’entendre un bruit de craquement articulaire lors de l’exécution d’une technique qui n'était pas forcément sensée en produire ! Quelle que soit la technique utilisée par l'ostéopathe, l'intention est la même : redonner la mobilité lorsqu'elle est en défaut.


Qu'est-ce qui provoque le bruit de craquement ?

Alors ce bruit de craquement, d’où vient-il ? Les techniques tissulaires se font par pressions plus ou moins appuyées, mais toujours lentes et douces. Les techniques manipulatoires, que l’on appelle aussi des « thrusts » (en français « impulsions »), sont des manipulations articulaires qui se font par une mise en tension puis une pression rapide (mais toujours douce) de la zone en défaut de mobilité. Ce sont elles qui aboutissent parfois à un bruit de craquement articulaire. Ce bruit résulte d’un phénomène de cavitation. Pour faire simple, les articulations concernées sont contenues dans un manchon, la capsule articulaire. Cet espace fermé contient du liquide synovial, lui-même contenant du gaz dissout. Les manipulations utilisées provoquent une légère augmentation du volume à l’intérieur de la capsule en éloignant un peu les deux surfaces articulaires l’une de l’autre. La quantité de liquide synovial restant la même, c’est la libération du gaz dissout dans l’articulation qui provoque le bruit, en comblant l’espace ainsi créé. Il faut aussi savoir que ce n’est pas l’obtention du bruit qui intéresse l’ostéopathe lors de la manœuvre, mais la libération articulaire générée par la technique, qui elle-même peut provoquer le bruit.


Finalement, "faire craquer ou pas" ?

Dans mon cabinet d’ostéopathie au Chesnay, je pratique tous les types de techniques. Comment savoir lesquelles utiliser ? Par le respect de ces trois conditions :

-         Sécurité, certaines techniques ne doivent pas être employées suivant le cas du patient. C’est lors de l’interrogatoire préalable et de l'examen clinique que l’ostéopathe détermine la faisabilité des différentes techniques.

-         Adaptabilité, certaines techniques conviendront mieux que d’autres en fonction de la qualité et de la quantité des dysfonctions à traiter. Le patient lui-même est une source d'adaptation des techniques par l'ostéopathe, en fonction de son âge, ses antécédents médicaux, son mode de vie, son gabarit, sa personnalité, etc.

-         Consentement par le patient, respect de ce qu'il accepte comme techniques et de ce qu’il refuse. Un de mes maîtres disait que "la principale contre-indication du « cracking » est la peur du « cracking »".

En définitive, je réponds toujours aux gens qui me posent la question de savoir si je suis un ostéopathe « qui fait craquer » que oui si c’est sécurisé, adapté et accepté par le patient et que non si ça n’est pas le cas. Certaines de mes séances sont un mélange de techniques manipulatoires et tissulaires. D’autres ne contiennent que des techniques non manipulatoires. Par contre, se définir comme « un ostéopathe qui ne fait pas craquer » revient à se limiter volontairement dans ce qui peut paraître comme une spécialisation auprès du grand public : « Mon ostéopathe ne fait que de la fasciathérapie ». C’est comme si un pâtissier ne travaillerait pas le chocolat, il ferait plein d’autres bons desserts, mais toujours sans chocolat. Ça serait son choix, son affinité avec sa pratique professionnelle. Je suppose que chaque ostéopathe développe ses propres préférences techniques au fur et à mesure des années de pratique et des résultats qu’il obtient. Il y a sûrement beaucoup de gens qui n'aiment pas le chocolat...




Article de Julien Maurin, Ostéopathe sur le Chesnay

Contact


Le cabinet d’ostéopathie se trouve au sein du Cabinet Médical Ereve, situé au Chesnay. Dans le cabinet exerce également un médecin généraliste.


L’adresse est 13 rue Pottier 78150 LE CHESNAY.

L'immeuble 13 rue Pottier possède plusieurs entrées. L'accès au "cabinet médical Ereve" se situe à l'arrière de l'immeuble sur le chemin des Epinettes. Si vous utilisez Waze ou Mappy, vous pouvez entrer directement "Julien Maurin Ostéopathe" et votre application vous mènera devant l'entrée du cabinet.


09 67 34 99 01 Me contacter par mail

Prise de RDV en ligne